the dragonfly

on voyage, non pour changer de lieu, mais d’idées…

 
  • Accueil
  • > politique
  • > Histoire de l’Afrique du Sud, nous aussi on peut faire en sorte que nos idéaux deviennent réels !

Histoire de l’Afrique du Sud, nous aussi on peut faire en sorte que nos idéaux deviennent réels ! 24 mars, 2010

Classé dans : politique — toulna25 @ 13:25

1912
8 janvier
Création de l’ANC
L’African National Congress (Congrès national africain) est fondée par les Bantous afin de s’opposer aux nombreuses discriminations raciales du gouvernement blanc. Ouverte à tous, y compris aux Blancs, l’ANC est une organisation non-violente qui va progressivement prendre de l’importance parmi les populations non-blanches au cours de l’apartheid. Au lendemain du massacre de Sharpeville, l’ANC sera interdite et entrera ainsi dans la clandestinité. C’est aussi cet événement qui décidera les membres de l’organisation, dont Nelson Mandela et Walter Sisulu, à prendre les armes.

1948
26 mai
Victoire du Parti nationaliste de Daniel Malan
Le Parti nationaliste unifié fondé par Daniel Malan, pasteur de l’Eglise néerlandaise réformée, remporte la majorité des sièges au Parlement d’Afrique du Sud. Devenu Premier ministre, il met immédiatement en place son système politique, l’ »apartheid », reposant sur le développement par la séparation raciale. L’Union sud-africaine, qui possède déjà un lourd passé en la matière, va entrer dans un régime politique principalement centré sur la ségrégation raciale.

1959
Mise en place des bantoustans
Le gouvernement de l’Union sud-africaine promulgue le « Promotion of Bantu Self-Government Act ». Cette nouvelle loi a pour but de favoriser l’autonomie des Bantoustans, régions d’Afrique du Sud uniquement réservées aux Bantous et destinées à devenir indépendantes. Elle va également supprimer, pour les non-blancs, toute possibilité de participation à la vie politique nationale, puisqu’ils jouiront désormais, en apparence, de leur propre système. Les bantoustans, s’appuyant sur le développement séparé des communautés non-blanches, visent en fait à priver les Bantous de la citoyenneté sud-africaine. Par ailleurs, les territoires attribués ne sont pas adaptés à la forte démographie de leurs habitants et sont inégalement pauvres par rapport aux terres « blanches ».

1960
21 mars
Massacre de Sharpeville
Pour protester contre le port obligatoire du passeport, en vigueur depuis la promulgation du « Pass Law Act », de nombreuses manifestations sont organisées en Afrique du Sud, avec l’encouragement de l’African National Congress (ANC) et du Panafrican Congress (PAC). Mais le rassemblement de Sharpeville tourne au drame lorsque la police ouvre le feu. On compte plus de 60 morts et près de 180 blessés. Les réactions sont immédiates en Afrique du Sud comme sur le plan international. D’autres manifestations de protestations auront lieu, tournant à l’émeute et étant accompagnées de grèves générales, normalement interdites. À la suite de l’événement, les organisations du PAC et de l’ANC seront proscrites, poussant cette seconde à agir clandestinement et à prendre les armes.

1961
31 mai
L’Union sud-africaine devient la République sud-africaine
Le Premier ministre Verwoerd envisage de transformer l’Union sud-africaine en république indépendante. Après avoir organisé un référendum sur la question, il proclame officiellement l’indépendance de l’Afrique du Sud, qui devient désormais la République sud-africaine et sort du Commonwealth. Les protestations internationales contre le régime de l’apartheid ont sans conteste motivé cette transformation.

1964
12 juin
Mandela est condamné à perpétuité
Nelson Mandela et sept autres membres de l’African National Congress (ANC) sont condamnés à la prison à vie pour trahison. Mandela refusera d’ailleurs d’être libéré en échange de son renoncement à la lutte armée contre l’apartheid. Après 27 ans de captivité, il sera libéré par le président sud-africain Frederik De Klerk. Mandela sera élu président de la République sud-africaine en 1994.

1966
27 octobre
L’ONU intervient en Afrique du Sud
L’Assemblée générale de l’ONU décide de retirer à l’Afrique du Sud le mandat qui lui permettait jusqu’alors d’administrer le Sud-Ouest africain. Deux ans plus tard, elle donnera à cette région le nom de Namibie. L’Organisation reconnaît alors la SWAPO comme unique représentant du pays. L’intervention de l’ONU se solde toutefois par un échec, puisque le gouvernement sud-africain refuse d’en tenir compte. Il faudra attendre 1990 pour que la Namibie accède à l’Indépendance.

1967
3 décembre
Première greffe du cœur
A 55 ans, l’homme d’affaire sud-africain Louis Washkansky est le première être humain à bénéficier d’une greffe de cœur. L’opération est réalisée dans la ville du Cap, à l’hôpital Groote Schur par le professeur Christian Barnard et son équipe. Le cœur transplanté est celui d’une jeune femme de 25 ans décédée dans un accident de voiture. Malheureusement Washkansky mourra quelques jours plus tard atteint d’une infection des poumons.

1968
23 avril
L’Afrique du Sud exclue des JO de Mexico
Le Comité international olympique (CIO) exclut l’Afrique du Sud des Jeux Olympiques de Mexico. Elle manifeste ainsi son opposition à l’apartheid (terme afrikaans prônant le « développement séparé »). Ce n’est qu’en 1990, que le président De Klerk fera libérer Nelson Mandela, légalisera l’African National Congress (ANC) et fera abolir ce régime ségrégationniste. L’Afrique du Sud sortira alors de son isolement international.

1976
27 août
Emeutes sanglantes à Soweto
Les manifestations des Noirs de Soweto, touché par la misère et le chômage, dégénèrent en de violentes émeutes. Les habitants, et notamment les lycéens, protestent contre l’usage de la langue afrikaans dans les écoles. Soweto, ghetto noir de la banlieue de Johannesburg, a été construit par le gouvernement sud-africain dans le cadre de la politique d’apartheid. Ces émeutes choqueront considérablement l’opinion internationale. Par la suite, de nombreuses manifestations violentes se succéderont jusqu’en 1977, faisant au total plusieurs centaines de morts.

1976
26 octobre
Indépendance du Transkei
Dans le cadre de la politique des bantoustans, le Transkei obtient son indépendance. Depuis le début des années 1960, le territoire possédait déjà son autonomie avec la mise en place d’un gouvernement et d’une Assemblée législative. Mais en donnant l’indépendance aux Bantoustans, l’objectif du gouvernement de la République sud-africaine consiste à priver les Bantous de leur nationalité sud-africaine. Après lui, trois autres bantoustans obtiendront leur indépendance : le Venda, le Bophuthatswana et le Ciskei. L’ONU et la communauté internationale, en désaccord total avec le régime de l’apartheid, ne reconnaîtront jamais l’indépendance de ces territoires, qui seront réintégrés à l’Afrique du Sud en 1994.

1977
12 septembre
Afrique du sud : mort de Steven Biko
A 31 ans, le leader du mouvement de la Conscience noire décède dans une prison de Pretoria après avoir subi de multiples sévices de la part des policiers sud-africains. Les autorités invoquent une grève de la faim pour expliquer le décès de Biko. Le scandale finit de convaincre la communauté internationale de mettre le régime de l’apartheid en quarantaine : un embargo sur les armes contre l’Afrique du sud est voté par l’ONU en novembre suivant.
Voir aussi : Assassinat – Dossier histoire de l’ Apartheid – Histoire des Assassinats

1978
29 septembre
Pieter W. Botha au pouvoir
Suite à la démission du Premier ministre Balthazar Johannes Vorster, Pieter Willem Botha prend la tête du gouvernement. Partisan de l’apartheid, il entreprend de réformer la Constitution. Il permet ainsi aux Métis et aux Indiens de réintégrer en partie la vie politique, maintenant toutefois ses positions d’exclusion vis-à-vis des Noirs. Une telle inégalité ne peut que raviver les tensions des populations noires et les oppositions. Président de la République détenant un pouvoir exécutif en 1984, il démissionnera finalement en 1989 pour laisser la place à Frederik De Klerk.

1989
septembre
De Klerk président de la République sud-africaine
Au lendemain de la démission de Pieter W. Botha, Frederik De Klerk est élu à la présidence de la République sud-africaine. Il amorce immédiatement l’abandon du régime de l’apartheid. Entre les révoltes de plus en plus fréquentes des populations noires, les sanctions économiques de nombreux pays et les critiques virulentes de l’opposition vis-à-vis de Botha, la suppression de l’apartheid était devenue inéluctable. L’apartheid sera officiellement aboli en juin 1991.

1990
11 février
Libération de Nelson Mandela
Après 27 ans d’incarcération dans la prison de Paarl, Nelson Mandela est libéré, sous la présidence de Frederik De Klerk. En 1964, il avait été condamné à la prison à perpétuité pour trahison, après avoir lutté contre le régime de l’apartheid. Depuis son incarcération, il était devenu le symbole de la lutte pour la liberté des Noirs en Afrique du Sud. En avril 1994, il sera élu président de la République sud-africaine, juste après avoir obtenu le prix Nobel de la paix avec De Klerk.

1991
juin
Abolition de l’apartheid
Frederik De Klerk abolit définitivement l’apartheid. Les négociations sont amorcées entre différents partis politiques sud-africains, dont l’ANC avec Nelson Mandela à sa tête. Au terme de discussions agitées, le Parti national et l’ANC s’accordent pour mettre en place un gouvernement multiracial et démocratique.

1993
15 octobre
Prix Nobel de la paix pour Mandela et De Klerk
Les deux Sud-africains reçoivent le prix Nobel de la paix pour leurs actions en faveur du démantèlement de l’apartheid en Afrique du Sud et de l’égalité raciale. Libéré par De Klerk en 1990 après 27 ans de prison, Mandela est récompensé pour son combat en faveur de la démocratie. Le plus célèbre des détenus politiques deviendra président de l’Afrique du Sud le 27 avril 1994.

1994
27 avril
Mandela président
Lors des 1ères élections démocratiques d’Afrique du Sud, Nelson Mandela est élu président. En 1964, le leader de l’African National Congress (ANC) avait été condamné à la prison à vie. Il était alors devenu l’un des prisonniers politiques les plus célèbres du monde et de nombreuses campagnes avaient été menées pour sa libération. En 1990, après 27 ans de captivité, il avait été libéré par le président De Klerk, avec lequel il était parvenu à s’accorder sur l’instauration d’un régime démocratique. Après les élections, De Klerk occupera le poste de vice-président jusqu’en 1996.

1995
24 juin
L’Afrique du Sud retrouve son honneur
Nelson Mandela arbore fièrement le maillot de son équipe qui fête son retour sur la scène du rugby international par une victoire. En effet, exclue des compétitions jusqu’en 1992 à cause de l’Appartheid, l’Afrique du Sud participe pour la première fois à la coupe du Monde et l’emporte sur la Nouvelle-Zélande en finale avec une équipe « mixte ». Malmenée en demi-finale par l’équipe de France, elle commet un parcours sans faute et passe outre le phénomène Lomu, nouvelle star All Black.

2005
3 septembre
Encore les All-Blacks
Pour la dixième édition du tournoi des Tri-nations, la Nouvelle-Zélande s’impose pour la sixième fois. En dix ans, elle n’a laissé à l’Australie et l’Afrique du Sud l’occasion de s’imposer que deux fois pour chaque équipe.

 

Commenter

 
 

de Nous à Vous |
Les randos de Paul et Michèle |
les recits de vacances d'au... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Australian Trip(es)
| Le Bon Côté du Menhir
| albert04fevrier